Si tu as aimé

Si tu as aimé,
tu sais ce que c’est
que de se brûler le cœur et le corps
pour l’autre.

Si tu as aimé,
tu sais aussi comme il fait bon
d’être auprès de l’autre
et comme il fait lourd
d’en être séparé.

Si tu as aimé,
tu sais que le mal fait à l’autre
te fait mal à toi aussi
que le bien que tu lui fais
te fait encore plus de bien à toi.

Alors, tu es capable de comprendre,
avec ta tête mais aussi avec ton cœur,
jusqu’à quelle folie le Seigneur t’a aimé
et jusqu’à quel point de non-retour
tu peux l’aimer, toi aussi.

Qu’il en soit ainsi !

Amen

Jule Beaulac

Trois petits «S»,
Réflexions et prières pour les jours du Carême 2001,

Novalis