Nous allons à l’Eucharistie à la manière de la Samaritaine

(suite du 24 avril)

La Samaritaine a rencontré Jésus.
Lui un Juif qui lui dit ce qu’elle a fait….

La Samaritaine se laisse prendre par cette rencontre.
Elle reconnaît que Jésus est un prophète, celui qui dit la Parole de Dieu.
Elle prend conscience de toutes ses soifs,
de ses besoins de bonheur et de vie meilleure.
« Donne-moi à boire, dit-elle, donne-la moi cette eau,
donne-la moi cette vie de bonheur, cette vie éternelle. »
« Moi qui te parle, lui dit Jésus, je suis cette vie,
je suis la vie éternelle. »

Nous allons à l’Eucharistie à la manière de la Samaritaine.
Nous y allons avec notre quotidien que nous portons sur nos épaules,
notre quotidien réussi et celui qui nous blesse,
qui est difficile à vivre.
Nous y allons avec notre culture, notre religion.
Nous y allons avec tout ce qui nous fait vivre et tout ce qui nous blesse.
Nous y allons avec notre intimité,
nos secrets qui sont à la fois source de bonheur
et source de grandes peines.

Nous y allons avec toutes nos soifs de bonheur, de changement,
de renouvellement de nos vies, de nos amitiés, de nos amours.
Le Seigneur Jésus est au milieu de nous.
« Si tu savais le don de Dieu, nous dit le Seigneur à l’Eucharistie.
« J’ai pour toi une eau vive…
je suis cette eau vive, je suis la vie éternelle. »

Quand nous allons communier
et que le prêtre ou la personne désignée
dépose l’hostie dans notre main en nous disant :
« Le corps du Christ », entendons le Seigneur lui-même nous dire :
« J’ai pour toi une eau vive qui est le don de Dieu.
J’ai pour toi une eau vive qui désaltère, qui nourrit, qui guérit,
qui transforme, qui pardonne, qui donne la vie éternelle.
Je suis cette eau vive. Je suis la vie éternelle. »

Denis Lepage, Symphonie pastorale, 2013