Si l’espérance t’a fait marcher

Si l’espérance t’a fait marcher plus loin que ta peur, tu auras les yeux levés.
Alors, tu pourras tenir Jusqu’au soleil de Dieu.

Si ta colère t’a fait crier justice pour tous, tu auras le cœur blessé.
Alors, tu pourras lutter avec les opprimés.

Si ta misère t’a fait chercher aux nuits de la faim, tu auras le cœur ouvert.
Alors, tu pourras donner le pain de pauvreté.

Si la souffrance t’a fait pleurer des larmes de sang, tu auras les yeux lavés.
Alors, tu pourras prier avec ton frère en croix.

Si l’abondance t’a fait mendier un peu d’amitié, tu auras les mains tendues.
Alors, tu pourras brûler l’argent de tes prisons.

Si la faiblesse t’a fait tomber au bord du chemin, tu sauras ouvrir les bras.
Alors tu pourras danser au rythme du pardon.

Si la tristesse t’a fait douter au soir d’abandon, tu sauras porter la croix.
Alors, tu pourras mourir au pas de l’homme-Dieu.

Si l’espérance t’a fait marcher plus loin que ta peur, tu auras les yeux levés.
Alors, tu pourras tenir jusqu’au soleil de Dieu.

Hymne (G 213), Prière du temps présent, p. 1486