Quand il ne reste que Dieu

Parfois notre route se transforme en un tunnel
sans lumière et sans issue.
L’étau se resserre autour de nous, il nous emprisonne
et finit presque par nous étouffer.

C’est ce qui est arrivé au prophète Jérémie,
« l’homme qui voit partout la terreur », qui subit injures et persécutions
et qui est absolument seul dans sa détresse.
C’est ce qui est arrivé à Jésus également :
à mesure qu’il avance dans son ministère, qu’il confronte les autorités du temps,
qu’il questionne, il dérange. Et on le dérange.
Il est repoussé dans ses derniers retranchements.

Alors quand tous les appuis tombent, quand tous les amis, abandonnent,
il reste Dieu qui, lui, ne nous laisse jamais tomber;
lui, écoute et soutient.

Écoutez plutôt : « Pitié, Seigneur, car je suis en détresse;
mes jours sont dans ta main;
délivre-moi de l’ennemi qui s’acharne. » (Jr 20,12)

Seigneur, mon espoir en toi ne défaille pas.
Je peux compter sur toi en tout temps.
Merci !

Jules Beaulac

Accueillir,
Réflexions et prières pour les jours du Carême 2004,
Novalis